Catégories
Emile Frechon Sources

Emile Frechon et “Le pittoresque dans la vie rurale” (suite)

Lecture commentée de l’article de Georges de Cavilly paru sur Emile Frechon dans La Revue de photographie en mars 1904

« En passant ce matin à Etaples… »

« -J’ai vu, dis-je tout à coup, en passant ce matin à Etaples[1], dans la devanture du libraire Cocquerel[2], des photographies de paysages, de bêtes et de gens d’une composition remarquable, et qui n’ont certes pas été saisies par un objectif banal.

– Parbleu ! répondit l’un des convives, ce sont des Frechon.

– Qui çà, Frechon ?

– Frechon ! Le Millet de la photographie[3], un fanatique de ce pays-ci qui passe tous ses étés à Etaples[4], explorant la mer et la campagne avec un appareil 18 X 24 sur le dos[5], et dont toutes les épreuves traduisent une pensée et ont leur grain de poésie. 

Catégories
Emile Frechon Sources

Emile Frechon et “Le pittoresque dans la vie rurale” (fin)

ÉPILOGUE

Le 11 septembre 1915, Country Life publia cinq photographies de Frechon avec des femmes travaillant aux champs pendant que les hommes se battaient au front. L’une d’entre elles est légendée « Deserving the Medaille militaire »[i]. En cette fin tragique de la Belle Epoque, le pittoresque de la vie rurale ne se prête plus guère aux traits d’esprit de Vibert, d’autant que celui-ci s’éteint la même année. Le 1er octobre 1914, un contingent de l’armée bavaroise avait occupé la ville de Douai. Réquisitionné par les Allemands, l’hôtel particulier de Vibert fut vidé de ses biens personnels dont les objets d‘art et le mobilier qui partirent outre-Rhin. Désemparé, Vibert resta dans son chalet de Paris-Plage avant de se réfugier à Paris, le climat marin lui étant déconseillé pour des raisons de santé. Il quitta le Rayon Vert et mourut à Paris d’une congestion cérébrale le 5 décembre 1915[ii].