Catégories
Algérie Catalogue Plantet

Louis Plantet, amateur distingué de la photographie (Algérie 1855-1860)

Portrait de Louis Plantet par son frère Hippolyte (collection particulière) DR

A la mémoire de Pierre Zaragozi

RESUME

Soixante-quinze calotypes et collodions permettent de redécouvrir Louis Plantet, un des pionniers méconnus de la photographie en Algérie pourtant remarqué par Félix Moulin en 1856.

Provenant de la famille du photographe, et rassemblé par les galeristes Adnan Sezer et Bruno Tartarin, cet ensemble est un témoignage inédit aussi bien sur l’Algérie des années 1850 que sur l’ère des “amateurs distingués” qui précédèrent l’avènement des studios professionnels résidents. 

Egalement publié dans un catalogue paru en mars 2023, le texte présenté sur Iconosud est mis à jour au fur et à mesure des nouvelles informations recueillies tant auprès des collectionneurs, que des experts et responsables des institutions muséales.

Mises à jour : 21 février 2023, 15 avril 2023 et 15 septembre 2023 (texte et nouvelle note 45)

Catégories
Emile Frechon Sources

Emile Frechon et “Le pittoresque dans la vie rurale”

Présentation et lecture commentée de l’article de Georges de Cavilly sur Emile Frechon paru dans La Revue de photographie en mars 1904

RESUME

Emile Frechon : 1921-2021.
A l’occasion du centenaire de la mort du photographe français Emile Frechon, cette étude se propose de réhabiliter la compréhension des sources en lieu et place d’analyses iconographiques souvent anachroniques.
Notre “édition critique” du fameux article publié en 1904 dans La Revue de Photographie, organe illustré du Photo-Club de Paris, essaie d’expliquer pourquoi et comment Frechon était alors considéré comme un des maîtres de la photographie.
Sous le pseudonyme de Georges de Cavilly, l’article a été écrit par Georges Vibert, alors président de la Société photographique du nord de la France et par ailleurs acteur de l’essor de la station balnéaire de Paris-Plage qui fut à l’origine de sa découverte des photographies de Frechon
C’est dans cet article consacré au “Pittoresque de la vie rurale” en France que l’auteur attribue à Frechon le surnom de “Millet de la photographie”, raconte sa rencontre avec le photographe, indique la localisation du studio de Frechon à Biskra et retranscrit un jugement comparatif de Frechon lui-même sur son travail entre l’Algérie et la région d’Etaples. L’article donne ensuite une brève analyse de l’art photographique de Frechon par rapport aux techniques pictorialistes, et se termine par des conseils pratiques aux photographes amateurs voulant travailler en milieu rural, notamment avec des modèles féminins.
Présenté en plusieurs billets, cette première étude que nous consacrons à Emile Frechon reconstitue d’abord les itinéraires de Frechon et de l’auteur de l’article tout en les replaçant dans le paysage de la société photographique de l’époque.
Un important appareil critique accompagne ensuite la retranscription de l’article et une dernière partie interroge notamment la pertinence d’une formule aussi fameuse que “Le Millet de la photographie”.
Une bibliographie termine ce travail inaugural, avant que d’autres publications interrogent d’autres aspects de la carrière d’Emile Frechon ou ne proposent une synthèse monographique.

Mise à jour 2 janvier 2024 avec le portrait de Georges Vibert (Fig. 7)

Catégories
Catalogue

Turqueries, almées et autres mauresques…

Clichés de “femmes orientales”

Ce texte présente une sélection de photographies de femmes prises autour du bassin méditerranéen, entre 1875 et 1925. Publié dans le catalogue “Beautés Exotiques” diffusé par Bruno Tartarin et Photo Discovery The Place, il vient compléter, en quelque sorte, la présentation déjà parue d’un album de photos-carte de visite des années 1860. Un texte de Pierre Dourthe publié dans “Beautés exotiques” revient également sur les “Illusions exotiques” appliquées aux photographies de femmes non méditerranéennes.

Catégories
Enquête Tunisie

Les débuts du cinématographe à Tunis (1896-1897): de Gallica au Musée JooSSooR…

Le bey visitant le studio Pathé le 16 juillet 1923 (Agence Roll, DR)

Cet article aurait dû paraitre dans le deuxième numéro de la revue culturelle numérique Musée JooSSooR. Cette revue n’ayant pu perdurer, je le publie tel quel sur Iconosud. Loin d’être exhaustif, il se concentre sur les toutes premières années (1896-1897), essentiellement à partir de la presse de l’époque, et met en évidence le rôle prédominant des photographes dans les projections de ce que, précisément, on appelait aussi : “la photographie animée”.

Mise à jour 20 octobre 2023 (projection à Paris du 11 mars 1897)

Catégories
Algérie Notices

Notices monographiques des studios algériens sous le second Empire, hors Alger

Ces notices complètent la liste des studios d’Alger déjà en ligne. Elles seront complétées ou corrigées au fur et à mesure des nouvelles informations importantes trouvées ici ou là…

Mes remerciements s’adressent bien sûr à mes prédécesseurs François Boisjoly, Marie-Hélène Degroise et Pierre Zaragozi, ainsi qu’aux collectionneurs et chercheurs Marc Bedjai, Gilles Dupont, Hervé Lestang, Jean-François Rat

Mises à jour : Jean STOCKER (2 septembre 2023), JACQUEMIN (20 septembre 2023), ARNAUD et CHAROY (7 novembre 2023), BRUNEAU (30 novembre 2023)

Catégories
Algérie Notices

Notices monographiques : les studios photographiques à Alger sous le Second Empire

En complément de l’édition d’un album de CDV avec des types féminins réalisés à Alger dans les années 1860 (Ebook Bruno Tartarin et Iconosud, avril 2023), je présente dans ce billet la liste des studios algérois de cette période. Comme à l’accoutumée, ces notices sont mises à jour au fur et à mesure de nouvelles informations. Mes remerciements s’adressent bien sûr à mes prédécesseurs François Boisjoly, Marie-Hélène Degroise, Pierre Zaragozi, et aux chercheurs actuels Marc Bedjai, Gilles Dupont, Hervé Lestang, Jean-François Rat...

Mises à jour : Mouttet (26 juillet 2023), Moutier (7 août) Emile Bottier, Coulon, Maurin et Nesme (11 août ), Roubieu (3 septembre), Buisson (15 octobre), Arnaud et Bertrand (15 janvier 2024)

Une autre liste est consacrée aux studios du Second Empire hors d’Alger

Vue d’Alger, place du gouvernement, CDV Alary-Geiser, vers 1863 (collection de l’auteur)
Catégories
Algérie Emile Frechon Enquête Geiser Jouve

Albert Jouve, l’homme qui racheta le studio de Jean Geiser (2ème partie)

1914-1918 : deux studios dans la tourmente

L’ordre de mobilisation générale aurait pu obliger les Jouve à fermer boutique, mais les trois frères échappèrent à la catastrophe. Auguste est réformé et Simon versé dans les services auxiliaires en Algérie, en raison de sa petite taille. Seul, Albert est mobilisé et engagé dans les Zouaves. Mais en raison des problèmes de santé qui avaient déjà affecté ses années de service, il est engagé de nouveau dans le service d’infirmiers militaires. En octobre 1915, il bénéficie d’une permission à Tlemcen et il est possible qu’il y était encore au moment du décès de sa mère survenu le 20 décembre de la même année. Enfin, le 30 septembre 1916, il est réformé pour névrite du membre inférieur gauche et intoxication au chloroforme : il « se retire à Tlemcen » (1). Les trois frères sont de nouveau réunis mais l’on ne sait presque rien de l’activité du studio pendant la guerre. 

Catégories
Algérie Enquête Geiser Jouve

Albert Jouve, l’homme qui racheta le studio de Jean Geiser

RESUME

Publié en deux parties, cet article a pour objet d’identifier le repreneur du studio Geiser, au dernier trimestre de l’année 1921. Sous le nom de “A. Jouve successeur”, que l’on trouve notamment sur des rééditions de clichés Geiser en cartes postales, on a trop souvent voulu reconnaître Agricol Jouve, un photographe installé à Oran à la fin des années 1870. Mais d’autres photographes nommés Jouve ont aussi travaillé à Tlemcen depuis les années 1880.

La première partie de l’article retrace l’itinéraire de deux frères nés dans le Vaucluse, à Sorgues : le premier, Agricol, qui tient le studio à Oran et le second, Noel, qui tient celui de Tlemcen. La seconde partie suivra l’évolution du studio de Tlemcen avec les trois frères de Noel Jouve : Auguste, Simon et le plus jeune, Albert, parallèlement à celle du studio beaucoup plus connu de Jean Geiser. Et ce, au lendemain de la 1ère Guerre Mondiale et de ses conséquences, jusqu’au rachat de Geiser, par … Albert Jouve, le plus jeune des fils de Noel.

Cette enquête, qui privilégie volontairement l’accumulation des informations biographiques à l’analyse des images, est surtout un exercice de style mettant en évidence l’importance des sources comme la presse de l’époque. Elle permet aussi de mieux évaluer les différences du métier de photographe, entre Alger et les autres villes, ainsi que ses transformations : de la photo-carte à la carte postale, de la photographie au cinéma, entre la clientèle locale, le tourisme et les expositions internationales. Et, pour finir, entre l’activité commerciale des studios traditionnels et l’interventionnisme accru de l’administration auquel Jean Geiser semble avoir activement participé…

Fig 1 : A défaut de celui d’Albert Jouve, ce dernier portrait connu de Jean Geiser porte la double signature du photographe et de son successeur.
Collection de l’auteur (don de Martine Fabry-Geiser)

Catégories
Chazal Enquête Tunisie Tunisie,

Enquête sur Joseph Chazal, premier photographe de S.A. le bey de Tunis (1860-1865)

Fig 1 : Le bey de Tunis, son premier ministre et les fonctionnaires de son palais (d’après une photographie de M.Chazal)
Le Monde Illustré, 1864

Je remercie très chaleureusement mes amis de la page Facebook Musée JooSSooR auxquels je dédie cet article, son fondateur Chawki Dachraoui, ainsi que ceux qui m’ont permis de reproduire des photos-cartes de leur collection ( Chawki Dachroui, Mohamed Ali Ktari en particulier) ou de partager des informations très précieuses, en particulier Mohamed Bennani et Hamideddine Bouali qui a été le premier, en 2018, à s’interroger sur l’intérêt du bey Sadok pour la photographie.

Mise à jour 11 juillet 2023 : état-civil de Bernard Joseph Chazal, décédé à l’âge de 60 ans début mars 1893

On ne fait jamais de grande littérature avec des notices biographiques. Celle que j’ai publiée en 2007 sur le photographe J. Chazal dans mon essai sur La photo-carte en Algérie1 n’échappait guère à la règle. Elle ne brillait pas non plus par la richesse de ses informations : « Actif 1858-1880, 43 rue Damremont, « dans l’impasse ». Maison fondée en 1858 selon Guiglion [son successeur]. Portraits en studio, scènes et types». C’était surtout ignorer la mention dans le dictionnaire en ligne de Marie-Hélène Degroise2 d’un Chazal signant les portraits du « bey de Tunis, son premier ministre et des fonctionnaires », gravure publiée dans un article du Monde illustré paru en mai 1864 3: « On ignore ce qu’est devenue l’œuvre de ce photographe » s’interrogeait Madame Degroise…

Catégories
Bibliographie Sources

Hommage à Pierre Zaragozi, collectionneur et historien de la photographie en Algérie

Décédé le 24 avril dernier, Pierre Zaragozi fut un brillant représentant de cette communauté de collectionneurs indépendants faisant notablement avancer la connaissance de l’histoire de la photographie en Algérie. C’est à l’occasion de la publication de mon essai sur La photo-carte en Algérie que nous fîmes connaissance, à la fin de l’année 2007, afin de mettre en commun les notices des photographes sur lesquels il avait déjà travaillé et celles que je venais de publier.

Catégories
Emile Frechon Sources

Emile Frechon et “Le pittoresque dans la vie rurale” (suite)

Lecture commentée de l’article de Georges de Cavilly paru sur Emile Frechon dans La Revue de photographie en mars 1904

« En passant ce matin à Etaples… »

« -J’ai vu, dis-je tout à coup, en passant ce matin à Etaples[1], dans la devanture du libraire Cocquerel[2], des photographies de paysages, de bêtes et de gens d’une composition remarquable, et qui n’ont certes pas été saisies par un objectif banal.

– Parbleu ! répondit l’un des convives, ce sont des Frechon.

– Qui çà, Frechon ?

– Frechon ! Le Millet de la photographie[3], un fanatique de ce pays-ci qui passe tous ses étés à Etaples[4], explorant la mer et la campagne avec un appareil 18 X 24 sur le dos[5], et dont toutes les épreuves traduisent une pensée et ont leur grain de poésie. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search