Catégories
Emile Frechon Sources

Emile Frechon et “Le pittoresque dans la vie rurale” (suite)

Lecture commentée de l’article de Georges de Cavilly paru sur Emile Frechon dans La Revue de photographie en mars 1904

« En passant ce matin à Etaples… »

« -J’ai vu, dis-je tout à coup, en passant ce matin à Etaples[1], dans la devanture du libraire Cocquerel[2], des photographies de paysages, de bêtes et de gens d’une composition remarquable, et qui n’ont certes pas été saisies par un objectif banal.

– Parbleu ! répondit l’un des convives, ce sont des Frechon.

– Qui çà, Frechon ?

– Frechon ! Le Millet de la photographie[3], un fanatique de ce pays-ci qui passe tous ses étés à Etaples[4], explorant la mer et la campagne avec un appareil 18 X 24 sur le dos[5], et dont toutes les épreuves traduisent une pensée et ont leur grain de poésie. 

Catégories
Emile Frechon Sources

Emile Frechon et “Le pittoresque dans la vie rurale”

Présentation et lecture commentée de l’article de Georges de Cavilly sur Emile Frechon paru dans La Revue de photographie en mars 1904

RESUME

Emile Frechon : 1921-2021.
En guise de centenaire de la mort du photographe français Emile Frechon, cette étude se propose de réhabiliter la compréhension des sources en lieu et place d’analyses iconographiques souvent anachroniques.
Notre “édition critique” du fameux article publié en 1904 dans La Revue de Photographie, organe illustré du Photo-Club de Paris, essaie d’expliquer pourquoi et comment Frechon était alors considéré comme un des maîtres de la photographie.
Sous le pseudonyme de Georges de Cavilly, l’article a été écrit par Georges Vibert, alors président de la Société photographique du nord de la France et par ailleurs acteur de l’essor de la station balnéaire de Paris-Plage qui fut à l’origine de sa découverte des photographies de Frechon
C’est dans cet article consacré au “Pittoresque de la vie rurale” en France que l’auteur attribue à Frechon le surnom de “Millet de la photographie”, raconte sa rencontre avec le photographe, indique la localisation du studio de Frechon à Biskra et retranscrit un jugement comparatif de Frechon lui-même sur son travail entre l’Algérie et la région d’Etaples. L’article donne ensuite une brève analyse de l’art photographique de Frechon par rapport aux techniques pictorialistes, et se termine par des conseils pratiques aux photographes amateurs voulant travailler en milieu rural, notamment avec des modèles féminins.
Présenté en plusieurs billets, cette première étude que nous consacrons à Emile Frechon reconstitue d’abord les itinéraires de Frechon et de l’auteur de l’article tout en les replaçant dans le paysage de la société photographique de l’époque.
Un important appareil critique accompagne ensuite la retranscription de l’article et une dernière partie interroge notamment la pertinence d’une formule aussi fameuse que “Le Millet de la photographie”.
Une bibliographie termine ce travail inaugural, avant que d’autres publications interrogent d’autres aspects de la carrière d’Emile Frechon ou ne proposent une synthèse monographique.