Catégories
Algérie Enquête Geiser Jouve

Albert Jouve, l’homme qui racheta le studio de Jean Geiser

RESUME

Publié en deux parties, cet article a pour objet d’identifier le repreneur du studio Geiser, au dernier trimestre de l’année 1921. Sous le nom de “A. Jouve successeur”, que l’on trouve notamment sur des rééditions de clichés Geiser en cartes postales, on a trop souvent voulu reconnaître Agricol Jouve, un photographe installé à Oran à la fin des années 1870. Mais d’autres photographes nommés Jouve ont aussi travaillé à Tlemcen depuis les années 1880.

La première partie de l’article retrace l’itinéraire de deux frères nés dans le Vaucluse, à Sorgues : le premier, Agricol, qui tient le studio à Oran et le second, Noel, qui tient celui de Tlemcen. La seconde partie suivra l’évolution du studio de Tlemcen avec les trois frères de Noel Jouve : Auguste, Simon et le plus jeune, Albert, parallèlement à celle du studio beaucoup plus connu de Jean Geiser. Et ce, au lendemain de la 1ère Guerre Mondiale et de ses conséquences, jusqu’au rachat de Geiser, par … Albert Jouve, le plus jeune des fils de Noel.

Cette enquête, qui privilégie volontairement l’accumulation des informations biographiques à l’analyse des images, est surtout un exercice de style mettant en évidence l’importance des sources comme la presse de l’époque. Elle permet aussi de mieux évaluer les différences du métier de photographe, entre Alger et les autres villes, ainsi que ses transformations : de la photo-carte à la carte postale, de la photographie au cinéma, entre la clientèle locale, le tourisme et les expositions internationales. Et, pour finir, entre l’activité commerciale des studios traditionnels et l’interventionnisme accru de l’administration auquel Jean Geiser semble avoir activement participé…

Fig 1 : A défaut de celui d’Albert Jouve, ce dernier portrait connu de Jean Geiser porte la double signature du photographe et de son successeur.
Collection de l’auteur (don de Martine Fabry-Geiser)

1ère partie

Agricol et Noel Jouve, photographes à Oran et à Tlemcen

Fig 2 : Esplanade du Méchouar à Tlemcen, vers 1885 ? Anonyme. DR

Introduction générale

Grâce à Jean-Charles Humbert et le regretté Pierre Zaragozi, on connaît désormais beaucoup mieux l’histoire du studio Alary-Geiser (1). Avec celui de Claudius Portier, ce studio fut le plus important des années 1860 à Alger, avant de devenir, sous la direction de Jean Geiser, la principale maison de photographie et d’édition de cartes postales en Algérie. De 1850 à 1921 : 70 ans d’activité ininterrompue, en dépit des changements d’adresse, de raison sociale, voire même de rivalités familiales.

L’ étude des conditions de la création du studio et du rôle joué par les différents protagonistes a surtout permis de réévaluer l’importance de la personnalité d’Antoine Alary. Le petit livre si précieux de Pierre Zaragozi ayant été peu diffusé car édité à compte d’auteur, on se réjouira de pouvoir consulter l’ouvrage récent dont Jean-Charles Humbert assume le parti-pris parfois « scénarisé » mais qui met à la disposition du grand public les pièces du dossier Alary.

Parallèlement à mes travaux sur le photographe Emile Frechon, c’est sur la fin du studio Geiser, en 1921, que j’ai souhaité concentrer mes recherches. Je souhaite en effet corriger formellement l’information selon laquelle ce serait le photographe d’Oran Agricol Jouve qui aurait racheté le studio Geiser en 1921 (2). « Pour une bouchée de pain », selon la formule tardive de la belle-fille de Geiser que, faute d’informations contradictoires, je conserverai bien volontiers. 

Afin de mieux connaître l’activité de la famille des photographes Jouve en Algérie, j’ai considéré les documents iconographiques disponibles, les registres d’état-civil et les états de service militaire des différents membres de la famille (ANOM). Mais c’est surtout la consultation d’une partie de la presse de l’époque qui m’aura apporté les informations les plus précieuses, non seulement sur la reprise du studio Geiser mais aussi sur l’évolution du métier de photographe que connut aussi bien Jean Geiser que les deux générations de Jouve qui ont travaillé en Algérie : d’Oran et de Tlemcen à Alger. 

Autant d’informations biographiques sur des photographes aussi peu connus que les Jouve, et aussi peu d’analyse iconographique sur la production de chacun risquera de hérisser les contempteurs des photographes « complices anonymes de la colonisation ». Outre que pour Tlemcen, Annissa Yelles a déjà écrit un remarquable article sur le rôle joué par la ville dans l’imaginaire orientaliste des premiers photographes et voyageurs en Algérie (3), et que Malek Alloula, en son temps, a déjà tout dit (et un peu son contraire) sur ce que l’on pouvait penser de l’oeuvre de Jean Geiser (4), je me suis en effet fixé un autre objectif : se plonger dans le quotidien des studios de cette époque, notamment dans une ville provinciale aussi différente d’Alger : Tlemcen.

La famille Jouve : du Vaucluse en Algérie

Fig 3 : Dos d’une CDV A. Jouve au 59, rue Philippe, sans la mention des médailles de 1880 et 1881. A noter la similitude de typographie avec Noel Jouve (Fig )

Fig 4: Dos d’une CDV de Noel Jouve avant la mention des médailles de 1889 et sans indication du nom de la maison Saint-Germés ou Lassalle.

Deux frères sont à l’origine de l’activité photographique de la famille Jouve en Algérie. J’avais émis une hypothèse différente en 2007, mais les documents d’état-civil attestent du lien de parenté entre La Photographie Toulousaine d’Oran et La Photographie Vauclusienne de Tlemcen. Agricol Jouve est l’aîné. Fils d’agriculteur, il est né le 31 mai 1839 dans le Vaucluse, à Sorgues, et non à Toulouse comme je l’avais écrit par erreur avec M. H. Degroise. En revanche, sa présence est bien attestée à Toulouse, comme l’indique François Bordes dans son Encyclopédie historique de la photographie à Toulouse (Privat, 2016).

Bordes écrit évidemment que c’est lui qui succéda au « grand photographe J. Geiser », mais il ne mentionne aucune source précise qui prouverait une activité de photographe à Toulouse. En revanche, dans les années 1860, Agricol s’est marié à Toulouse avec une demoiselle Joséphine Sabatié (le 25 mars 1867), et une fille, Gabrielle, Jeanne, Marceline, lui était déjà née dans la ville rose en 1861. Selon l’acte de naissance de sa fille, Agricol n’est nullement photographe mais musicien du 1er Régiment du 1er de Ligne et, en 1867, il est désigné comme ex-musicien etc. (5). Agricol a-t-il ouvert à son nom un studio très éphémère à Toulouse ou a-t-il fini par travailler pour un autre photographe ? En fait, il me semble que le nom choisi pour le studio d’Oran est avant tout un hommage à sa femme et sa fille.

Le frère cadet d’Agricol, prénommé Noel, est également né à Sorgues, en 1847. Et pour le nom de son studio à Tlemcen, il restera fidèle à son département de naissance, le Vaucluse. Les deux frères connurent la grande crue de l’Ouvèze dans l’ancienne cité pontificale, en mai 1856, peut-être apprirent-ils que l’Empereur avait même visité les victimes des inondations à Tarascon, scène immortalisée par Bouguereau … Mais comment savoir dans quelles conditions ils décidèrent de devenir photographe, notamment en Algérie ? L’ ont-ils d’ailleurs décidé en même temps ? La consultation du journal Le Courrier de Tlemcen nous donne une partie de la réponse.

MM Jouve préviennent les habitants …”

Le 21 octobre 1881, Le Courrier de Tlemcen publie une annonce du studio A. Jouve à Oran : « MM Jouve préviennent les habitants de Tlemcen qu’ils ont une succursale établie dans cette ville aux Messageries Tlemceniennes (2ème étage) ». Faute d’avoir pu consulter les numéros des deux journaux les plus anciens de l’Algérie, l’Akhbar et L’Echo d’Oran dans leurs parutions antérieures à 1880, c’est la première mention dans la presse que j’ai trouvée de l’activité des Jouve en Algérie.

Fig 6 : Dos d’une CDV d’Agricol Jouve à Oran (au 54, rue Philippe) avec mention de la succursale à Tlemcen. La présence de la seule médaille d’Oran de 1880 permet de dater cette CDV fin 1881, début 1882. Collection de l’auteur.

Agricol est donc arrivé en Algérie entre 1877 et 1879. Seul ou avec son frère. Dès 1880, le studio est mentionné dans l‘Annuaire, remporte une première médaille à Oran et une seconde en 1881, lors de l’exposition industrielle, scolaire et artistique d’Alger. Il est donc probable qu’entre 1877 et 1880 on trouverait dans les deux journaux cités des informations relatives à l’installation d’Agricol à Oran, notamment autour de ces deux médailles. Quoi qu’il en soit, en 1876, Noël est encore à Sorgues où naît son deuxième fils, Simon, et la mention “MM. Jouve” de 1881 réunit les deux frères dans l’annonce de la succursale de Tlemcen. 

Agricol et Noel ont donc finalement décidé de ne pas s’associer, le marché oranais étant particulièrement concurrentiel et peu propice à faire vivre deux familles. En revanche, si Tlemcen est une ville moins peuplée, il ne s’y trouve aucun photographe depuis la disparition du studio Pedra au début des années 1880. Joseph Pedra est décédé en 1879, son fils s’est suicidé par chagrin d’amour l’année suivante et la veuve Pedra n’a pas pu gérer toute seule le studio très longtemps, évidemment très affectée par ces deux disparitions : en 1886, lorsque décède à son tour sa fille à Oran, la mère n’est plus en vie. Messikh écrit d’ailleurs que c’est le studio Pedra que Jouve aurait repris mais tant l’iconographie que les adresses ne correspondent pas (6).

Fig 7 : La rue Philippe à Oran. CPA Neurdein, 1905-1910. DR
La rue Philippe descend en boucle vers la Mosquée du Pacha et le marché, et c’est au numéro 6 que T Dupont ouvrit un des tous premiers studios de la ville en 1860. A gauche de l’image et au 2ème étage, on trouve alors au numéro 6 la Photographie Mouchnino, successeur des Dupont, Caspari, Geiser, Eberhardt et Guiglion,
Perpère était au numéro 33 et Karsenty au 44.

A Oran, le studio d’Agricol sera toujours situé rue Philippe, mais les dos des photos-caves indiquent plusieurs numéros : le 59, puis le 54, plus longuement et, enfin, le 48. La clientèle de Jouve est essentiellement constituée de militaires. Portraits en médaillon ou mises en scène inlassablement répétées, avec un bout de balustrade placé sur la gauche de l’image. On lui connaît quelques belles photographies du port lors d’une tempête survenue le 9 février 1886 mais aucune de ces scènes et types finalement peu prisés par les studios de la ville. Seul, René Bruneau (1821-1895) dans les années 1860, puis Edmond Dajou (1840-?) et sa « Photographie parisienne … grand choix de vues et de types arabes » dans les années 1870-1890, se seront vraiment adonnés à ce genre (7). De 1886 à 1889, le nom de Jouve apparaît encore dans l’Annuaire spécial du département d’Oran, mais le studio brillera toujours par sa discrétion dans la presse.  

Noel Jouve à Tlemcen

Fig. 8 : Vue générale de Tlemcen par Pedra, datée 1879.
Collection de l’auteur

A Tlemcen, Noel Jouve s’installe donc en 1881. Lors de son décès en 1910, la presse indiquera d’ailleurs que cet homme « bon et digne » habitait Tlemcen depuis trente ans. Jouve s’installe donc au 2ème étage des Messageries tlemcéniennes, probablement situées sur l’Esplanade du Méchouar. De la succursale de la maison d’Oran à la Photographie Vauclusienne de Tlemcen, Noel Jouve affirme son indépendance même s’il apparaît un temps comme l’associé d’un dénommé Wassmer. Pierre Zaragozi semble avoir identifié un Wassmer à l’enseigne Photographie Artistique sur cette Esplanade du Méchouar mais je ne peux confirmer cette information, n’ayant trouvé à Tlemcen qu’un clerc de notaire, Edouard Wassmer, qui se marie le 26 aout 1881. Deux adresses plus précises sur l’Esplanade du Méchouar sont indiquées au dos des CDV : c’est d’abord Maison Lassalle (Noel seul) puis, peu Maison Saint-Germes, en face de la nouvelle Poste (Noel et ses fils). La presse mentionnera toujours la rue de la Victoire, au moins à partir de mars 1889. 

Fig. 9 : Librairie Desbonnets, rue de la Victoire, Tlemcen. CPA avant 1904. Le 15 janvier 1899, Le Courrier de Tlemcen annonce le déménagement de la librairie Desbonnets rue de la Victoire, “en face de la photographie Jouve et ses fils“. Le 21 mai 1897, c’était un coiffeur qui s’installait en dessous du studio Jouve.

Il faut dire que Noel Jouve ne manque guère d’imagination. Le 5 septembre 1883, lorsque les autorités arrêtent « le grand bandit Mustapha Ben Bahi, la terreur d’Ain Temouchet », il se place « à la porte de la prison …(et) fit son portrait au milieu de la foule que formait le cercle ». Dans le même numéro du journal La Tafna, un encart annonçait évidemment que N Jouve, Esplanade du Méchouar, « informe le public que l’on trouvera chez lui des vues de Tlemcen et de ses environs à des prix modérés. On trouvera également chez lui le portrait du fameux bandit Mustapha ben Bahi et du caïd Bou Begra ».

Jouve publie régulièrement des encarts dans La Tafna de 1883 à 1887, et non dans Le Courrier de Tlemcen. C’est qu’il imprime les dos de ses cartes de visite chez l’imprimeur Ganancia qui n’est autre que l’associé du gérant de La Tafna. 

Fig. 10 : “Vue générale de Tlemcen”.
Noel Jouve. Vers 1885-1890.
Bruno Tartarin, Photo-Discovery
Fig. 11 : “Sidi Lhassen. Village nègre”. Noel Jouve. Vers 1885-1890. Bruno Tartarin, Photo-Discovery

En février 1885, on le retrouve tout prés de son studio, sur les terrasses de la place d’armes pour prendre des photographies de « l’ascension aérostatique » de l’aéronaute Madame La Tour, avec la foule assemblée : clichés disponibles chez l’habile photographe. Il démarche aussi les directrices et directeurs des écoles « portraits de groupe des élèves à prix modérés » et, en 1893, il propose des réductions pour des prises de vues à l’occasion d’une Calvacade « organisée au profit des pauvres », pour peu que l’on se soit travesti sans s’être contenté d’avoir enfilé son pyjama ! Enfin, en 1895, il ose le grand écart : de la mignonnette qu’il vend au prix de 2 francs la douzaine en avril (8) jusqu’à l’installation d’un atelier qui lui permet de réaliser des portraits grandeur nature en août.

Tant de présence dans la presse contraste avec la discrétion de son frère Agricol. C’est donc Noel Jouve qui, en 1889, décide de concourir à l’Exposition Universelle de Paris. En 1878, Pedra avait remporté une médaille honorable. Cette fois, Noel Jouve obtient une médaille de bronze avec des « albums de vues de Tlemcen ». D’autres photographes d’Oran sont présents : Cabessa, Cairol, Maurel et Karsenty, ce même Karsenty qui, comme son confrère oranais Eberhardt, s’était installé provisoirement à l’hôtel de la paix de Tlemcen en 1888 afin d’ y proposer ses services de portraitiste. Evidemment, tous les grands studios d’Alger participent également à l’Exposition : Leroux, Famin, le jeune Gervais-Courtellemont et Jean Geiser. Déjà honoré d’une médaille de bronze en 1878, Jean Geiser remportera cette fois une médaille d’argent, mais c’est Paul Famin qui est honoré d’une médaille d’or. 

Noel Jouve et ses fils

Fig. 12 : Dos d’une CDV Jouve et ses fils, Maison St Germés
Fig. 13 : Dos DCDV Noel Jouve Mason Lassalle
Fig. 14 : Dos CDV Jouve et ses fils

Sur la route d’un Orient dont l’Algérie est avant tout le prolongement de l’Andalousie et du Maroc, Tlemcen a joué un rôle important dans l’imaginaire des premiers voyageurs et photographes en Algérie. Annisa Yelles l’a parfaitement montré dans son article « Tlemcen photographiée au XIXème siècle. Rêve et Mythes ». Les photographes ont d’abord délaissé la ville elle-même pour se concentrer principalement autour des ruines de Mansourah, l’antique capitale médiévale du royaume des rois de Tlemcen, ainsi que des tombeaux des “saints”, Sidi El Haloui et Sidi Boumedienne, tous les deux venus d’Andalousie.

J’y reviendrai plus longuement lorsque j’évoquerai dans un article prochain la figure de Joseph Pedra mais, à lire la presse après 1880, et à considérer la production photographique de Jouve, l’équilibre ne semble plus le même. Les photos-cartes de Jouve sont essentiellement des portraits de civils ou de militaires. L’ Exposition universelle de 1889 montre cependant que Jouve n’a pas oublié la richesse historique de la région de Tlemcen ainsi que son potentiel touristique que l’article fameux de M E. Lorral, paru en 1875, avait su mettre en valeur, photographies de Pedra à l’appui du texte (9). Les tirages de Noel Jouve semblent pourtant avoir été moins diffusés que ceux de Pedra. Mais l’implication grandissante du studio Jouve dans les activités du syndicat d’initiative de Tlemcen et la participation à de nombreuses expositions internationales leur donneront une plus grande reconnaissance.

Le succès à Tlemcen et dans les expositions internationales

Il faut dire que les Jouve se sont parfaitement intégrés à la colonie française de Tlemcen, Noel Jouve fut même conseiller municipal, ainsi que le sera son fils ainé Auguste en 1913. Il est donc temps de présenter les trois fils de la famille. Auguste est donc l’ainé, né à Sorgues le 15 mars 1870. Il se marie avec la fille d’un inspecteur des monuments historiques le 8 mars 1893 et c’est sans doute lui qui, le premier, fut associé aux affaires par son père, peu après 1890. Simon est le cadet. Né le 6 novembre 1876, sa petite taille (1m,50) le fait placer dans les services auxiliaires de l’armée au moment de faire ses classes.

« Fils du photographe bien connu », Simon se marie le 7 avril 1899 avec la « fille du coiffeur également bien connu ». A l’âge de douze ans, il avait été remarqué par la presse dans un rôle au théâtre et, plus tard, il sera le directeur artistique de l’Amicale Lyrique de Tlemcen (1923). Faut-il ici invoquer le souvenir de son oncle Agricol qui fut musicien militaire ? On trouve Simon mentionné comme « ouvrier photographe » avant d’être également associé au studio par son père. Simon et Auguste s’impliquent également dans l’Union Sportive de Tlemcen, Simon en étant le trésorier et Auguste un administrateur (1907).

Fig. 15 : Carte photo des Frères Jouve envoyée en juillet 1913 par une infirmière de l’hôpital militaire de Lalla-Marnia situé à la frontière avec le Maroc. A gauche de la salle de rétablissement de l’hôpital, se pourrait-il que ce soit le jeune Albert Jouve, “1m,63, brun, yeux bruns”, alors infirmier militaire ? Coll de l’auteur

Enfin, Albert Mathieu Jouve est le benjamin, le seul qui soit né à Tlemcen le 25 février 1888. Comme son frère Simon, il manifeste des aptitudes artistiques et se fait « applaudir et rebisser » dans un air donné en juin 1907, lors de la Fête de l’Enseignement dans la cour du collège. Est-il associé au studio lorsqu’en 1909 il est appelé à faire ses classes où, devenu sergent, il est finalement affecté au service des infirmiers militaires ? On ne peut s’empêcher d’imaginer que le jeune homme placé à gauche de la photographie reproduite en Fig 13 sur une carte postale des frères Jouve pourrait d’ailleurs être Albert, alors âgé de vingt-cinq ans…

Fig 16 : Tlemcen – Djama-el-Kébir (grande Mosquée) et la rue de France. Cliché Jouve reproduit en similigravure dans France Album n°89, octobre 1902. Collection de l’auteur

En ce début de XXème siècle, le studio Jouve et ses fils est devenu un des studios de référence pour la province d’Oran. Dans la revue France Album consacrée à cette ville et ses environs en avril 1902, Jouve et fils signent les photos de Beni Saf, Nedroma, Nemours, Honai, et celles de la plage de Rachgoun située à l’embouchure de la Tafna. Soit la partie la plus proche de la frontière avec le Maroc. Geiser et Paul Crayeva sont les deux autres photographes. Et, en octobre de la même année, Jouve signe la quasi-totalité de l’illustration de l’album sur Tlemcen, n’en laissant que cinq sur cinquante-huit à Geiser (10). En 1906, le studio Jouve participe à l’Exposition coloniale de Marseille et, cette fois, y remporte une médaille d’or : « les travaux de MM Jouve ont toujours été appréciés de merveilleuse façon ». Marius Maure (Biskra) et Arnold Vollenweider (Alger) obtiennent la même récompense mais aucun autre photographe d’Algérie n’est mentionné, des photographes installés en Tunisie obtenant d’autres médailles. En 1908, c’est une nouvelle médaille à l’Exposition franco-britannique de Londres : bronze. Bougault, de Biskra, qui est également en recherche de reconnaissance internationale afin d’attirer touristes et clients, y obtient une médaille d’or.

Fig. 17 : Environs de Tlemcen – Vue générale de Manssourah. Cliché Jouve reproduit en similigravure dans France Album d’octobre 1902, n°89. Collection de l’auteur

Tandis que ces prix font connaître hors d’Algérie et le studio et les albums des vues de Tlemcen, la presse locale ne tarit pas d’éloge sur les portraits grandeur nature coloriés : « Que de progrès accomplis » , « chef d’oeuvre », « bravo messieurs ! » Pourtant, une publicité locale ne correspond pas tout à fait avec l’image idyllique que les touristes devraient se faire de Tlemcen. Ainsi, en septembre 1907, au retour de France pour qui a préféré éviter les grosses chaleurs de l’été, Le Couurier de Tlemcen écrit, évidemment sur commande des Jouve :

« On rentre de France, on est plein de santé, on a une mine prospère, florissante, réjouie. C’est le bon moment, le moment propice pour aller rendre visite à MM. Jouve et ses fils qui vous photographieront avec cette bonne mine que l’on perd si vite sous nos climats ».

Je suppose que les touristes n’auront pas été prévenus, Tlemcen fût-il beaucoup moins réputé pour les qualités climatiques qui faisaient alors le succès de Biskra !

La fin du studio d’Agricol et le décès de Noel Jouve

Fig. 18 : Le nouvel évêque d’Oran, Mgr Pierre-Firmin Capmartin est nommé en 1911. Il dédicace et signe de son prénom ce portrait de studio dont le carton porte encore le nom de Noel Jouve (décédé en 1910) et ses fils. Les photographies suivantes seront signées “Jouve frères”. DR

En 1908, Noël Jouve fut réélu au conseil municipal, mais assez loin des meilleurs résultats de ses collègues. Deux ans plus tard, encore jeune soixantenaire, il meurt à Tlemcen. Le 4 août 1910, Le Courrier de Tlemcen publie ainsi le compte-rendu des obsèques du « photographe et conseiller municipal décédé subitement à la suite d’une attaque d’hémiplégie. Bon et digne homme, le père Jouve était connu et estimé de tous à Tlemcen qu’il habitait depuis trente ans ».

Quant à son frère Agricol, je n’ai trouvé aucun document sur la fin de son activité à Oran ou sur son décès. En 1893, a-t-il vu Jean Geiser venir installer une succursale dans la rue-même où il exerçait lui-même ? Agricol travaillait rue Philippe et Geiser ouvrit sa succursale au 6 de la même rue, numéro fameux pour avoir vu défiler tant de photographes, depuis Dupont en 1860. Au début du XIXème siècle, Mouchnino y avait succédé à Guiglion et Caspari (Fig 7). Il me semble pourtant, qu’en 1893 Agricol Jouve a déjà fermé boutique car qui d’autre que lui, sous ce nom, et en qualité de négociant-cafetier à Nemours, aurait bien pu vendre en octobre 1893 une maison dans cette ville par ailleurs assez proche de Tlemcen (11) ?

Fig. 19 : 43 Oujda (Maroc)-Petites filles marocaines. Collection Simon, Hôtel. Cliché Jouve. Cachet daté 18-10-1913. Collection de l’auteur
Fig. 20 : 37. Oujda (Maroc). Rue des Bouchers. Collection Simon, Hôtel. Cliché Jouve. Cachet daté 18-10-1913. Collection de l’auteur.

Installés non loin de la frontière marocaine, les frères Jouve ont suivi de près les mouvements militaires qui ont fini par instaurer le Protectorat. Je parlerai plus loin de leurs cartes-photos mais c’est à cette occasion qu’ils vont faire éditer des photographies du Maroc en cartes postales. Une série de cartes localement éditée par une “Veuve Teissier” reprennent des vues de Lalla-Marnia situé à la frontière avec le Maroc. Ces cartes sont signées Cliché Jouve mais la date d’envoi de certaines d’entre elles (1913) confirme qu’il s’agit bien du studio de Tlemcen.

Fig. 21 : 38 Oujda – Hôtel Simon et Quartier principal. Collection Simon, Hôtel – Cliché Jouve. Cachet postal du 18 octobre 1913. Collection de l’auteur

De même, il faut y ajouter deux autres collections de cartes sur Oujda éditées l’une par l’hôtel-restaurant Wagner et l’autre, de très bonne qualité, par le Grand Hôtel Simon (Fig. 21) et (12). Sans oublier une série intitulée « Le Maroc Pittoresque » : Editions Allard, Henri, Navarro, avec la mention Cliché Jouve, et parfois Jouve frères (13). Ces collections, assez peu connues, peuvent comporter jusqu’à cinquante-cinq numéros c’est le cas de la série éditée pour l’Hôtel Simon) avec des vues et scènes d’Oujda, notamment de la ville arabe (Fig. 19 et 20) et du marabout de Sidi Yaya. C’est un des ensembles les plus intéressants des frères Jouve, tranchant radicalement avec leurs portraits de studio. Oujda ayant été occupée par les troupes de Lyautey dès 1907, ces cartes ont pu être commercialisées bien avant 1912 et le seront encore après 1914, notamment avec le cachet de l’hôpital militaire d’Oujda (voir deuxième partie de l’article).

Après le décès de son père, Auguste Jouve a été élu à son tour au conseil municipal de la ville de Tlemcen le 14 février 1913. Il se marie fin août et son premier fils naît le 2 janvier 1914. Enfin, le 7 juillet 1914, Auguste marie sa fille à Tlemcen : une vie de famille riche d’espérances, en quelque sorte. Ce même jour de juillet 1914, le 1er ministre hongrois s’opposait encore à une action militaire contre la Serbie…

L’ âge dor de Jean Geiser

A Alger, Jean Geiser est alors au sommet de sa carrière, mais il est seul aux commandes et, selon la formule de Humbert, travaille désormais comme un “photographe-rentier”. Dès 1892, il avait remporté une médaille d’or au Salon de la photogravure de Paris : à cette date, il était déjà le mieux placé pour tirer le plus grand parti de l’âge d’or de la carte postale et s’affirmer comme le plus grand photographe-éditeur de l’Algérie.

Fig. 22: CPA Geiser. Tlemcen. Porte de la mosquée Bou Médine
Fig. 23 : CPA Geiser. Mauresque de Tlemcen
Fig. 24 : CPA Geiser. Algérie. Femme du sud oranais

Sur Tlemcen, par exemple, outre les tirages photographiques il éditera plusieurs séries de cartes postales sans cesse rééditées de la fin des années 1890 jusqu’à la Guerre. Seul l’éditeur parisien Neurdein proposait alors une série concurrente, les Jouve n’ayant pas investi sur ce marché, mais les Neurdein ont sans doute édité des photographes locaux, comme ils l’ont fait à Biskra avec Marius Maure. Peut-être influencé par le succès de Lehnert & Landrock depuis Tunis, Geiser édite aussi des cartes de jeunes femmes dénudées, production dont on ne trouve aucun équivalent, ni à Oran, ni à Tlemcen, ville où Pedra avait déjà du mal à trouver des modèles posant habillées. Du reste, les rares cartes Geiser légendées “mauresque” de Tlemcen (Fig. 23) ou femme du sud oranais (Fig. 24) ne mettent en valeur que le costume, le plus souvent reconstitué en studio avec des modèles où les légendes changent au gré de la fantaisie du photographe

En 1900, Geiser avait remporté une médaille d’argent à l’Exposition universelle et, l’année suivante, il faisait partie du jury à Nice et participait “hors concours” ! En 1908, il perd malheureusement son fils Eugène Albert, le seul qui pouvait lui succéder, son autre fils, Charles, se destinant à une carrière dans l’administration. Quant à ses filles, elles sont toutes mariées : Julie avec un inspecteur d’académie, Caroline avec un jeune officier, Louis avec un docteur. La question de l’avenir du studio est donc ouverte dès 1908 : Jean Geiser est alors soixantenaire, et peut-être croit-il encore que Charles reprendrait le studio après lui ?

Fig. 25 : CPA Geiser. 73 – Oran. Embarquement pour le Maroc d’un escadron du 2ème Chasseurs d’Afrique Envoyée 8 octobre 1911. DR
Fig. 26 : carte-photo Jouve frères. Au dos, mention : “Troupes d’occupation d’Oujda au Maroc. 18ème escadron du train, 13 bataillon d’Oujda”. Collection de l’auteur.
Fig. 27 : Mouvement de troupes vers la frontière marocaine. Entre 1907 et 1910. Carte-photo non légendée avec tampon humide N. Jouve & ses Fils. Photographes. Tlemcen. Collection de l’auteur

Après 1910, Geiser poursuit son activité de portraitiste et édite quelques cartes postales autour de l’actualité de la ville d’Alger, comme le concours de Miss Alger en février 1913. Mais l’actualité, c’est aussi la campagne française au Maroc avec une série de cartes sur les événements de 1912 à partir de clichés que lui fournit son réseau de militaires. Plus près de la frontière marocaine, les frères Jouve photographient quant à eux des militaires désireux d’avoir des portraits de groupe à envoyer à leurs proches sous forme de cartes-photos, tel ce groupe de la garnison d’Oujda (Fig. 26).

Enfin, le 1er août 1914, l’Echo d’Alger rend compte du livre sur « La Légion et l’Allemagne » dans lequel l’auteur, Hubert Jacques, correspondant de guerre du Matin au Maroc, entend répondre à « la campagne de diffamation et d’injures menée depuis de longues années par l’Allemagne entière » en prouvant que « le légionnaire est peut-être le soldat le mieux traité du monde ». Une cinquantaine de planches hors-texte à partir des photographies de Geiser en serait la preuve, « à l’appui du texte ».

Ci-dessus Fig. 28 : Couverture du livre L‘Allemagne et la Légion, par Hubert Jacques. A droite, Fig. 29 : CPA Geiser Légionnaire à Medea, datée 24 juin 1914, en vente sur le site Delcampe DR.

Un an auparavant, à la suite d’un article déjà publié sur le sujet par L’ Afrique du nord illustrée, avec les photographies que Geiser proposait à la presse allemande de reprendre, La Dépêche algérienne avait reproduit une lettre reçue par le photographe. Un journaliste allemand, ancien caporal de la Légion, y déclarait avoir été très bien traité par la Légion. Souhaitant publier un article en Allemagne, l’ancien légionnaire y déclarait ne pas partager « l’ opinion de la plupart de mes compatriotes ». Le 16 mars 1914, Fernand envoyait à Germaine Salabert, 11 avenue de Clichy à Paris, un souvenir de la Bataille de fleurs qui avait couronné les Reines d’Alger. Sur la carte postale de Geiser, on pouvait admirer les beautés couronnées de Mlles Stora, Cazes (La reine des reines…) et Junot. Le 4 août 1914, l’Allemagne déclarait la Guerre à la France et Albert Jouve répondait à l’appel de la mobilisation

Fig. 30 : Les Reines d’Alger – CPA Geiser, printemps 1914

A suivre …

Dernière mise à jour : 21 septembre 2022, 19h

NOTES

(1) HUMBERT JC : 2008 et 2022, et ZARAGOZI P : 2019

(2) Par exemple chez DEGROISE

(3) YELLES A : 2018

(4) ALLOULA M : 2001

(5) Information transmise par Marc BEDJAI (mail 09/09/2022). Le couple est domicilié 17, rue Caffarelli à Toulouse.

(6) MESSIKH M : 2003

(7) MEGNIN M : 2007

(8) « M Jouve et ses fils ont l’honneur de prévenir leur clientèle qu’en raison des nombreuses demandes qui leur sont parvenues, ils feront pendant un certain temps la photographie Mignonette au prix de 2 francs la douzaine. Malgré l’insignifiance du prix, ces portraits sont irréprochables et l’on a pour s’en convaincre qu’à jeter un coup d’œil sur l’énorme quantité déjà livrée. Demander aussi la superbe photographie en couleur (nouveau procédé) à prix réduit ». Le Courrier de Tlemcen, 26 avril 1895

(9) De LORRAL E. : 1875

(10) Récompensée par une médaille de bronze à l’Exposition Universelle de Paris en 1900, la revue mensuelle France Album existait depuis 1895. Pour l’Algérie, elle s’appuyait sur un réseau de photographes qui assuraient aussi le commerce de gros : Geiser à Alger, Guiglion à Constantine, Antonin à Bône, Potier à Souk Ahras, Bouteiller à Batna, Arnaud à Sétif, Maure à Biskra, Jouve et ses fils à Tlemcen, Gonet à Saida, ainsi que Soler pour Tunis.

(11) Avenir de Tlemcen, 27 octobre 1893

(12) Ancien hôtel de la Poste, le Grand Hôtel Simon était situé dans le nouveau quartier européen de Oujda. Une carte postale de Jean Geiser le montre non loin de la Poste (cartes 14 et 9- Oujda) et Jouve lui-même sur sa carte n°38 : “Hôtel Simon et quartier principal” (Fig. 21). Sur la carte n°9, Jouve photographie également le plus ancien hôtel de la ville, le bar-hôtel Figari situé sur la place du même nom.

(13) Cette dernière série ne doit pas être confondue avec celles, contemporaines et du même nom, de l’éditeur Domingo Millet ou du photographe G. Baudinière, plus connu comme imprimeur-éditeur de cartes postales à Nanterre et rue du Caire à Paris ( cartes militaires et patriotiques pendant la 1ère Guerre Mondiale ). La similitude entre les cartes d’Oujda portant les mentions Baudinière photographe et celles signées cliché Jouve n’en est que plus énigmatique. Depuis Sidi Bel Abbés, le photographe Nathan Boumendil édita également une série de cartes sur Oujda, sans compter les Geiser, mais aussi Neurdein et LL ( notamment avec des clichés non signés de Boumendil ). Sur Boumendil voir : http://mangin2marrakech.canalblog.com/archives/2018/12/15/36944944.html


2 réponses sur « Albert Jouve, l’homme qui racheta le studio de Jean Geiser »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search