Catégories
Bibliographie Sources

Hommage à Pierre Zaragozi, collectionneur et historien de la photographie en Algérie

Décédé le 24 avril dernier, Pierre Zaragozi fut un brillant représentant de cette communauté de collectionneurs indépendants faisant notablement avancer la connaissance de l’histoire de la photographie en Algérie. C’est à l’occasion de la publication de mon essai sur La photo-carte en Algérie que nous fîmes connaissance, à la fin de l’année 2007, afin de mettre en commun les notices des photographes sur lesquels il avait déjà travaillé et celles que je venais de publier.

Mon travail s’était alors limité à l’étude des signatures des photos-cartes mais Pierre Zaragozi avait déjà ouvert la porte des services d’archives et des bibliothèques dont il connaissait tous les secrets, des Archives Nationales et la BNF au Centre Historique des Archives de la Défense à Vincennes. En 1999, avec Marie-Claire Adés, pour le Musée-Galerie de la Seita, il avait co-rédigé le catalogue d’une d’exposition qui fut longtemps la seule référence sérieuse sur les Photographes en Algérie au XIXème siècle. Peut-on d’ailleurs écrire qu’il n’a malheureusement toujours pas été vraiment remplacé ? Certaines photographies provenaient déjà de sa collection ou de son entourage et c’est à Marie-Claire Adès que Pierre Zaragozi exprimait sa gratitude de lui avoir fait découvrir « les primitifs de la photo » qui furent toujours au centre de ses recherches.

Né à Blida le 28 avril 1941, Pierre Zaragozi fit sa scolarité au lycée Duveyrier mais, comme il me le confia, malgré son appétence pour la recherche historique, il entreprit, quasi-contraint par les contingences matérielles, une carrière d’ingénieur scientifique avec un parcours en informatique éditoriale qui allait cependant lui servir lorsque, arrivé à l’âge de la retraite, il put enfin se consacrer à sa passion : collectionner et écrire. De cette formation scientifique, Pierre Zaragozi héritera de la clarté et de la concision d’un style où, dans les appareils critiques, de riches et précieuses bibliographies prévalent sur l’abondance des notes périphériques.

En 2014, il conçut et publia donc à compte d’auteur un premier petit volume sur Félix Moulin avec la présentation commentée du catalogue de L’Algérie photographiée que Moulin avait édité en 1858 et que Pierre Zaragozi illustrait par des tirages de sa collection et de celles de deux de ses amis. Deux ans plus tard, sa « présentation » devenait un essai biographique plus consistant consacré à « Claudius Portier (1841-1910)Au temps des hiverneurs », celui de ses contemporains, Paul Famin et Alexandre Leroux notamment mais aussi, déjà, à ses prédécesseurs.

Le chef d’œuvre de Pierre Zaragozi, s’il m’est permis de l’exprimer ainsi, fut cependant son dernier ouvrage paru en 2019, toujours à compte d’auteur, patiemment élaboré à la lumière de ses deux précédentes publications et où la consultation méticuleuse de la presse algéroise de l’époque lui permit de faire des révélations inédites de première importance sur Alary & Geiser, La saga d’un studio photographique (1850-1883), offrant la meilleure  des  synthèses sur les débuts de la photographie en Algérie parue à ce jour, et remettant en lumière la personnalité alors encore trop peu connue de Jean-Baptiste Alary.

Pendant plusieurs années, notamment avec Gilles Dupont, descendant des photographes Auguste et Marius Maure, nous avions échangé nos connaissances mais aussi nos questionnements autour des photographes militaires. En y adjoignant la figure d’Eugène Disdéri, dont Pierre m’avait fait connaitre le rapport remis au Ministère de la Guerre sur la formation à la photographie des capitaines dans l’armée du Second Empire, et dont j’avais publié quelques photos-cartes autour du voyage de Napoléon III de 1860 en Algérie, nous avions le projet de coécrire le 4ème tome de sa collection de petits ouvrages. Mais en février 2021, il nous annonçait son impossibilité à se déplacer et à continuer ses travaux : « Adieu les photos » nous écrivait-il.

Seul le catalogue du Musée Galerie de la Seita semble avoir été déposé à la BNF et la consultation des trois livres édités à compte d’auteur ne s’avère donc pas des plus aisées. On trouvera cependant un aperçu de l’ouvrage consacré à Portier sur le site du Centre de Documentation Historique sur l’Algérie d’Aix En Provence (CDHA).

Rendre hommage à Pierre Zaragozi sera donc aussi mieux faire connaitre ses travaux et lui donner ainsi la place qu’il mérite au cœur de l’historiographie de la photographie en Algérie.  


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.